Retour

Carlos Knaudt

Directeur financement réseau
Argentine

Depuis onze ans, Carlos Knaudt a suivi un parcours riche et varié dans notre filiale en Argentine, où il a eu la charge de la comptabilité et du contrôle interne avant de rejoindre le comité de direction local. Aujourd’hui, il nous fait part de son expérience.

  • Que pouvez-vous nous dire sur votre poste actuel de Directeur financement réseau ?

Je suis responsable du financement réseau et des relations clients pour RCI Banque Argentine, un rôle qui comprend deux dimensions. Tout d’abord, il consiste à veiller à la santé financière du réseau de concessionnaires Renault et Nissan en Argentine afin de sécuriser les lignes de crédit nécessaires pour se conformer aux objectifs de facturation des constructeurs automobiles et, bien sûr, garantir le paiement des dettes. À l’heure actuelle, notre principal défi est de maximiser la rentabilité de nos activités en contrôlant le coût du risque, alors même qu’une crise économique et financière fait rage sur fond de marché baissier, et que les taux d’intérêt et de change sont élevés.

J’ai également pour mission d’examiner les réclamations fréquentes déposées par nos clients via différents canaux, comme les centres d’appel, les sites Internet ou les chatbots. Il faut réfléchir à des solutions permettant de leur proposer une expérience optimale grâce à nos offres. Les collaborateurs de notre division doivent savoir comment réagir dans de telles situations, mais aussi être en mesure d’apporter des réponses et des solutions le plus rapidement possible. Je suis aussi l’interlocuteur de référence chez RCI Banque Argentine pour les clients et la banque centrale.

  • Que pensez-vous du chemin que vous avez parcouru au sein de la société ? Quel a été votre plus grand défi ?

Ma carrière chez RCI Bank and Services ? Elle s’est avérée pleine de surprises. Le temps passe très vite ! Je me souviens de mon arrivée dans l’entreprise comme si c’était hier. À l’époque, j’intégrais ses rangs pour relever un nouveau challenge : gérer une équipe. Et maintenant, me voilà membre du comité de direction local ! Plus sérieusement, je pense qu’il est fondamental de toujours donner le meilleur de soi-même et de chercher ce qu’on peut apporter de plus. C’est comme cela que des opportunités finissent par se présenter !

Je suis fier de beaucoup de projets sur lesquels j’ai travaillé, qu’ils soient réglementaires, liés à l’amélioration des processus ou autres, mais mon plus grand défi a été d’entretenir la relation de RCI Banque Argentine avec la banque centrale. Leur confiance et leur respect exigent une attention de tous les instants.

  • Avant de rejoindre le groupe, vous avez travaillé pour d’autres banques. Selon vous, quelle est la principale différence entre votre quotidien chez RCI Banque Argentine et celui d’une banque classique ?

Les activités d’une banque classique sont généralement stables : elles sont régies par des réglementations et soumises aux fluctuations du marché, mais normalement, l’électrocardiogramme reste assez plat. Dans le secteur automobile, le marché peut très vite s’emballer et connaître d’importantes turbulences. Avec à la fois des activités commerciales et financières, c’est l’effet boule de neige assuré. Il faut être préparé pour pouvoir y faire face, mais c’est aussi l’adrénaline qui rend ce domaine si intéressant !